Qu’est-ce que le tourisme des couleurs ?

Le tourisme des couleurs, vous en aviez déjà entendu parler ? C’est une façon plutôt originale de nommer certains types de tourisme en fonction de leur couleur dominante et de sa signification.
Alors à votre avis, à quoi correspond chaque couleur ?

Vous ne le savez peut-être pas mais les couleurs ont toutes une signification. Une affiche, un panneau ou un site internet ne renvoient pas du tout la même image en fonction des couleurs utilisées. Et justement, lorsqu’elle est bien choisie, la couleur constitue un formidable outil de communication pour véhiculer des messages et susciter des émotions.

Quelques exemples : Blanc : pureté / silence / richesse / hygiène ; Rouge : violence / passion / amour / danger / force ; Jaune : tonicité / lumière / gaité / jeunesse ; Vert : nature / santé / espoir ; Bleu : calme / intelligence / spiritualité, etc…

Le tourisme des couleurs, par cette appellation, provoque déjà chez les futurs voyageurs de nombreuses émotions. En fonction de ce que l’on recherche dans un voyage, plutôt des sensations fortes, du calme ou de la sérénité, on peut choisir la couleur qui correspond.

Voici un petit éventail du tourisme des couleurs :

Le tourisme bleu

Aussi appelé tourisme maritime (croisières, plaisance, sports nautiques, etc.) ou côtier (plage, activités de loisirs, etc.). Les destinations souhaitent valoriser leurs ressources liées à la mer, au port, au fleuve… très présentes dans leur culture et leur identité locale. Elles ont alors différents champs d’actions :

  • Favoriser une attractivité autour des ports : espace lagunaire et naturel unique
  • Proposer des offres de loisirs et d’activités nautiques
  • Développer des solutions innovantes pour soutenir l’attractivité des plages au fil des saisons (nouveaux services, nouveaux aménagements de sport ou de bien être…)
  • Créer de l’activité de croisière
  • Développer les ports de plaisance en matière d’information nautique (nombre de places disponibles, réservation directe, qualification des mouillages et des escales)
  • Valoriser le patrimoine naturel, culturel et les savoir-faire locaux : agritourisme mer, pescatourisme, écotourisme, gastronomie, culture-patrimoine…
  • Organiser des événements liés à la mer pour faciliter l’accès à la connaissance du milieu marin des populations locales ou des vacanciers
La Rochelle
Noirmoutier

La polémique du tourisme bleu

Représentant 10% du PIB mondial et de l’emploi, l’industrie du voyage constitue l’une des plus grandes du monde ! Mais c’est également l’une des plus polluantes…
Lors du Blue Tourism Forum qui s’est tenu à Paris le 20 juin 2019, plusieurs ONG et instituts ont souligné la nécessité de réduire l’impact du tourisme maritime sur l’environnement. Un rapport fut alors rédigé afin de fournir une évaluation de l’état du tourisme côtier et maritime dans le monde, d’identifier les principaux acteurs, les tendances futures, les problèmes communs et un ensemble de solutions pour « verdir » le tourisme bleu.

Le tourisme vert

Aussi appelé tourisme écologique ou éco-tourisme, c’est l’une des formes du tourisme durable. Ce type de tourisme est centré sur la découverte de la nature (écosystèmes, mais aussi agrosystèmes et tourisme rural), ou de l’écologie urbaine (jardins et espaces verts écologiques, réserves naturelles urbaines…) et toujours dans le respect de l’environnement !

C’est une forme de voyage responsable visant à préserver la biodiversité et les ressources culturelles d’une zone naturelle. Générateur d’emplois pour les populations locales, il rassemble toutes les formes de tourisme pratiquées en milieu naturel qui tendent à minimiser l’empreinte écologique des voyageurs sur l’environnement.  La sensibilisation, l’éducation et la compréhension aux enjeux sociaux et environnementaux sont d’ailleurs des enjeux primordiaux de l’écotourisme.

Le tourisme vert en France

Le tourisme vert est en augmentation de 10 à 20% par an. Il attire de plus en plus de visiteurs français ou étrangers : 56% d’entre eux seraient d’ailleurs prêts à payer plus cher pour des vacances écologiques (selon l’OMT). Sur 173 millions de séjours annuels, 50 millions ont lieu dans des espaces naturels protégés (parcs nationaux, réserves naturelles…).

L’écotourisme en France est favorisé par les nombreuses possibilités de mobilité douce tels que les véloroutes ou les voies vertes. L’objectif est simple : favoriser les transports respectueux de l’environnement.

La Bretagne est LA région du tourisme éco responsable par excellence ! Elle est la seule région de France où l’écotourisme est reconnu par le classement de Green Destination.
Hors Bretagne, vous pouvez par exemple visiter Angers, nommée ville la plus verte de France. Faire une balade à vélo de Noirmoutier à Saint-Jean-De-Monts ou encore utiliser la voie verte reliant Domfront au Mont Saint-Michel.
Les amateurs de tourisme vert et de slow tourisme n’ont que l’embarras du choix dans le Grand Ouest !

Angers

Le tourisme blanc

Aussi appelé tourisme montagnard. C’est un type de tourisme désignant l’ensemble des activités de pleine nature lié aux massifs montagneux.

Aujourd’hui, il est le plus souvent associé au tourisme sportif. Les sports d’hiver ou activités sportives sont en effet les plus connues : alpinisme, spéléologie, sports aquatiques, escalade, parapente, trekking, course en montagne, vélo tout terrain ou randonnée pédestre en été.

Grâce à sa bi-saisonnalité et à sa pluralité, la montagne dispose d’un vaste potentiel de registres et donc de produits touristiques.

  • L’hiver, ou pleine saison, se concentre fortement sur les périodes de vacances scolaires. Elle concerne un territoire plus étroit (en lien avec l’enneigement nécessaire à ce type de séjours) : sports d’hiver, ski alpin, ski de fond, balade en raquettes, promenades en chiens de traineaux…
  • La deuxième saison, essentiellement estivale (mais pas seulement selon les territoires) concerne un plus grand nombre de territoires de montagne. Les activités pratiquées diffèrent alors : soins de bien-être, du spa, gastronomie, shopping, activités nocturnes…

Quelques chiffres

Le tourisme blanc couvre 23% du territoire national. Son poids économique est estimé à environ 9 milliards d’euros de chiffre d’affaires (15%). La clientèle de ce type de tourisme est à 70% française et 30% d’origine étrangère. 55% des investissements touristiques sont réalisés en montagne.
Avec 51.1 millions de journées skieurs vendues pour la saison 2016-2017, la France se place au 3ème rang des destinations mondiales du ski, derrière les Etats-Unis et l’Autriche.

En somme, le terme de tourisme des couleurs est parfois moins utilisé et commun que d’autres formes de tourisme mais n’en est pas pour autant moins présent sur le territoire national. Restez éveillés, vous en entendrez forcément parler !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *