Le tourisme de mémoire en première ligne pour les territoires

American cemetery with white marble tombstones close to Omaha Beach (D-Day, World War II) in Colleville, Normandy, France.

Les 70 ans du débarquement et le centenaire de la Grande Guerre ont déclenché l’offensive du tourisme de mémoire. La fréquentation touristique atteint des sommets en 2018 avec 13,7 millions de visiteurs* ! Profitant de la visibilité de ces commémorations historiques, les chiffres restent favorables aux territoires. Mais comment maintenir l’intérêt collectif national et international pour le tourisme mémoriel ?

Des contrats de destination à long terme

Les contrats de destination, regroupant acteurs privés et institutionnels, ont insufflé une vraie dynamique du souvenir. « Tourisme de mémoire en Normandie » ou « Centenaire de la Grande Guerre » sur le front Nord-Est ont permis de structurer l’offre touristique. L’objectif : imposer le territoire comme LA destination de référence. Et ça fonctionne notamment avec la mutualisation des actions de promotion ! Normandie Tourisme planche déjà sur une feuille de route à l’occasion des 80 ans du débarquement… en 2024.

Des retombées économiques à pérenniser

Les Hauts-de-France et le Grand-Est ont fait le plein en 2018 ! 93 millions d’euros de retombées économiques dont 2/3 générées par les visiteurs étrangers. D’où l’intérêt d’entretenir et de renforcer les liens touristiques avec les destinations impactées par le conflit. C’est le cas des touristes australiens et néo-zélandais en pèlerinage sur les pas de leurs aïeux dans les Hauts-de-France.


Campagne d’affichage à Sidney et Melbourne en marge des commémorations de l’Anzac Day

Un tourisme de mémoire à enrichir

Qu’il soit commémoratif (Monument de la Rafle du Vél’ d’Hiv), informatif (Oradour-sur-Glane) ou pédagogique (Mémorial de Caen), le tourisme de mémoire élargit souvent son champ. Il s’inscrit alors dans un tourisme de territoire à visée civique et culturelle. Dans le Nord par exemple, ce devoir de mémoire peut englober le tourisme industriel lié au bassin minier. La visite de Verdun peut quant à elle conduire à la découverte de l’histoire des vins de Champagne. L’occasion pour les acteurs du tourisme institutionnel de proposer des offres couplées destinées à tous les publics (groupes,  scolaires, individuels) pour allonger la durée du séjour.

Ce sujet vous a plu ? N’hésitez pas à vous inscrire à notre newsletter mensuel !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *