Comment utiliser les avis négatifs pour promouvoir sa destination ?

Lancée par l’Office de tourisme de Vienne en juin dernier et déployée dans plusieurs grandes villes européennes, la campagne Unrating Vienna encourage les touristes à ne pas organiser un voyage uniquement en s’appuyant sur des avis négatifs au point de rater un spectacle grandiose, de grandes rencontres et de belles surprises.

Le Vienna Tourist Board a décidé de mettre en avant des avis négatifs des touristes au cœur de leur stratégie de communication. Selon une étude mis en lumière sur leur site internet, 95% des vacanciers lisent au moins sept critiques avant de réserver des vacances. Et 47% des utilisateurs sont septiques s’ils ne voient que des avis positifs sur un produit ou un lieu. Mais les critiques sont largement subjectives.

L’Office du tourisme de Vienne se démarque encore un fois avec sa nouvelle campagne publicitaire «Unrating Vienna». Faisant suite au succès de l’année dernière, «Unhashtag Vienna» – la capitale autrichienne incitait les visiteurs à se reconnecter à l’essentiel : l’émotion. En pratiquant une pause numérique qui consiste à vivre plus et à s’exposer moins.  –

«Unrating Vienna» demande aux voyageurs de se faire leur propre idée et d’explorer la ville à leur guise.

La campagne Unrating Vienna est destinée à amener les gens à réfléchir et débattre autour de ce sujet. Nous abordons avec humour l’idée que les évaluations en ligne ne sont pas la bonne voie à suivre lorsqu’il s’agit de rechercher de la détente et des moment de plaisirs.

Norert Kettner, Directeur de l’office de tourisme

Avis négatifs. Qui décide de ce qui va ou ne va pas plaire ?

En utilisant des affiches présentant de véritables commentaires négatifs des utilisateurs en ligne, comme par exemple celui qui décrit la pelouse du château de Schönbrunn comme un « désordre » et l’autre qui qualifie la vue de Prater Park comme « un déchet ». La campagne vise à démontrer l’absurdité de plusieurs commentaires négatifs sur la destination.

Le Vienna Tourist Board a même réalisé un partenariat avec le réputé Musée Leopold. L’établissement a projeté sur sa façade un avis négatif selon laquelle « les œuvres sont dégoûtantes ».

Laisser un commentaire