Entre tourisme et gestion des déchets

La gestion des déchets représente depuis plusieurs années un défi de taille pour les collectivités. En effet, la production d’ordures augmente avec la population et plus particulièrement lors des périodes estivales. En moyenne, une commune collecte deux fois plus de déchets en période de vacances. L’activité touristique génère en moyenne 5 millions de tonnes de déchets par an.

Cette problématique reste bien réelle pour les territoires. Mais comment s’y prendre ? Comment s’engager dans une démarche d’attraction touristique écologiquement responsable ?

Vers une gestion des déchets responsable

Les premiers concernés sont les touristes eux même. Ce sont eux les acteurs de la protection environnementale. Les voyageurs sont sensibilisés par les collectivités sur une attitude juste, écologique et durable via de « bonnes pratiques » à suivre dans lesquelles toutes les actions dans le domaine sont préconisées. Partout en France, des campagnes de prévention sont menées pour informer les touristes sur les différents enjeux environnementaux actuels et futurs. Ces actions de sensibilisation s’organisent en région sur des lieux stratégique et des périodes clés.

La ville de Carnac met à disposition du grand public une liste d’écogestes afin d’améliorer les conditions de vie de chacun. Le but est d’adopter les bons réflexes en vacances. Des écogestes dans tous les domaines : Transport (avec des suggestions sur les modes de déplacement responsable), bords de mer (avec la gestion des déchets sur le littoral), patrimoine (avec les bonnes pratiques à adopter sur des lieux historiques), etc.

Les territoires n’hésitent pas à s’engager dans des démarches responsables. Des labels sont décernés pour encourager les efforts. Comme par exemple le label « le pavillon bleu » qui est un symbole d’une certaine qualité environnementale.

Préservation de l’environnement et tourisme durable

Le tri des déchets reste très important avec plusieurs enjeux touristiques (dans un souci d’attractivité) et écologique (dans un souci de protection de la planète). Un camping, ou bien encore un hôtel propre dans un environnement sale n’attire pas le touriste ou le visiteur et par conséquent risque de perdre sa raison d’être.

Le communes mettent en place des actions préventives, notamment par la collecte des déchets de cigarette par exemple.

Exemples d’actions mises en œuvre

Le communes mettent en place des actions préventives, notamment par la collecte des déchets de cigarette par exemple.

Gestion de déchets sur une île

Dans le Finistère, à environ quinze kilomètre au large de Fouesnant, se trouve un des joyaux de la Bretagne. Des eaux transparentes, des plages de sable blanc, un paysage paradisiaque… L’Archipel des Glénans.

Lors des fortes saisons, environ 3 000 visiteurs sont attendus par jour et la gestion des déchets devient un combat quotidien. L’archipel abrite de nombreuse espèces à protéger, notamment une fleur endémique des Glénans unique au monde.

Par conséquent, depuis quelques années les visiteurs sont priés de rapporter leurs déchets sur le continent. L’objectif est de responsabiliser les vacanciers et les sensibiliser à la protection de l’environnement.

Entre sport et gestion des déchets

L’association Run Eco Team réunit à Nantes plus de 800 runners qui pratiquent le « Plogging ». Un concept tout droit venu de Suède qui consiste à ramasser les déchets et courir en même temps. Plogging mixe l’expression « Jogging » et le verbe suédois « Plocka upp » qui signifie ramasser.

runner en train de ramasser des déchets

L’objectif, sur un parcours de 6 à 8 km, est de ramasser 1.5 kg de déchets par personne soit un total de 1.2 tonnes à la fin de la course.

L’auteur de l’essai « Après quoi tu cours ? » Jean François Dortier ne s’étonne pas de ce genre d’activité complémentaire au sport.

« Il y a ici le mariage de trois phénomènes : la course à pied, qui n’est pas qu’une activité mais bien un style de vie, le souci écologique de plus en plus important pour les Français et les réseaux sociaux, où l’on peut faire de la pub pour ce mouvement et lui donner de l’ampleur. »

Collecte des déchets, un aspect ludique

luges de collecte des déchets
















A Honfleur, dans le Calvados, des « luges » de collecte sont à disposition du grand public. Il s’agit de bac à poissons utilisés par les pécheurs sur les bateaux. On en retrouve beaucoup échoués sur les plages et ils sont récupérés pour leurs donner une seconde vie.

Ces « luges » robustes et faciles à traîner, sont positionnées à différents points stratégiques de la plage, à proximité des poubelles de tri et d’un panneau d’information indiquant comment s’en servir. Le but, c’est de permettre aux promeneurs seuls ou en familles de participer à la préservation du littoral et à la collecte des déchets et en particulier, le plastique.

Pour des plages plus propre

La ville de Saint Nazaire (labellisée Pavillon Bleu) a mis en place sur ces plages des « bacs à marée ». Ils servent à regrouper les déchets venant de l’océan (plastiques, verres, féraille, filets…). Ce sont les promeneurs qui, lors de leurs balades sur le littoral collectent les déchets. Ces derniers sont ensuite traités par le service de propreté publique de la ville. L’objectif est de sensibiliser le public et de rendre le nettoyage plus « accessible » aux citoyens.

bacs à marée

Laisser un commentaire