Les extensions territoriales. Une identité numérique au service du tourisme

Depuis quelques années, les extensions territoriales, les .paris, .bzh, .alsace… ont le vent en poupe. Elles permettent une valorisation et une dynamisation des régions pour attirer le touriste.

D’après l’AFNIC, l’association en charge des noms de domaine et qui opère les extensions territoriales des sites, ce sont environ 35 000 institutions françaises, entreprises et associations qui utilisent ces « nouvelles » extensions territoriales .bzh, .alsace, .corsica et .paris (qui emporte la palme avec pas moins de 21 000 noms de domaine).

Les villes de Londres et New York, .london et .nyc, séduisent avec un total de 136 000 noms de domaine. La France reste donc en retard en termes de volume d’enregistrements, mais les écarts se resserrent.

Les extensions territoriales valorisent le patrimoine local.

Un peu plus chères à l’achat, les extensions territoriales connaissent un beau succès et un excellent moyen d’afficher un ancrage régional sur la toile. Pour les internautes, elles affirment un certain savoir faire, une production régionale dans un contexte où la traçabilité pose question chez le consommateur.

Pour Pierre Bonis, directeur général de l’AFNIC, c’est un franc succès :

Les entreprises françaises de toutes les tailles sont de plus en plus sensibilisées aux enjeux de leur identité numérique. Elles sont nombreuses a solliciter un .fr, et quelques-unes choisissent d’exprimer un ancrage territorial via ces extensions. Cela prouve qu’elles montent en compétence sur le sujet, et qu’elles n’hésitent pas à faire preuve de créativité en ligne également

Comment faire ?

Pour accéder à ce service, il suffit juste de se rendre sur une entité d’enregistrement de noms de domaine de site web (OVH, GANDI, ORANGE…). Le tarif est d’environ une trentaine d’euros par an pour afficher son appartenance et augmenter sa visibilité. Une bonne partie de cette somme est destinée à l’entité chargée de réguler l’utilisation de ces noms de domaine régionaux, soit par exemple la mairie de Paris pour le .paris, ou l’association .bzh pour cette dernière entité.

Laisser un commentaire